Situé entre le Sahel et la forêt tropicale, le Sénégal accueille quatre fleuves dont l’un a donné son nom au pays. Un véritable pays fait de brassage des peuples et des cultures. Zoom sur deux régions qui valent particulièrement le détour : Le Sine Saloum et la Casamance.

Le Sine Saloum

Cette région située au sud de la Petite-Côte du Sénégal est un delta formé par la confluence de deux fleuves, le Sine et le Saloum, aujourd’hui malheureusement quasiment asséchés. C’est probablement l’une des régions naturelles les plus splendides du Sénégal : elle comprend neuf forêts classées, deux aires maritimes protégées, deux réserves naturelles communautaires, ainsi que le magnifique parc naturel du delta du Saloum. Tout cela a été classé Réserve mondiale de la biosphère par l’Unesco.

Le Sine Saloum présente une variété de paysages époustouflante (forêts, marécages, brousse, mangroves, lagunes, bancs de sable…), ce qui en effet une destination privilégiée lors d’un voyage au Sénégal. C’est surtout l’impressionnant labyrinthe de bolongs (ces bras de mer qui séparent les îles) qui fait la particularité de la région, à tel point qu’on nomme souvent le Sine Saloum « l’Amazonie du Sénégal ».

Ville la plus touristique de la région, Saly-Portudal, ancien comptoir colonial portugais, est aujourd’hui un lieu trépidant qui vit au rythme du surf et des couchers du soleil. On trouve des endroits plus discrets et moins peuplés en s’éloignant de la ville au Nord ou au Sud, par exemple la plage tranquille de Saly-Niakhniakhal, propice au farniente. Car ce qui fait aussi le charme du Sine Saloum, ce sont les petits villages traditionnels de pêcheurs disséminés dans le delta, où l’accueil chaleureux des habitants séduit tous les voyageurs. Les habitants du delta doivent se déplacer en bateau, généralement des pirogues, pour se rendre d’île en île. Assez naturellement, l’activité économique principale est la pêche. Le spectacle des pêcheurs déchargeant leurs prises fraîches du petit matin hors de leurs pirogues colorées est tout simplement magique. La faune maritime est très riche, mais les oiseaux ne sont pas en reste : plus de 400 espèces prospèrent dans la région. Un voyage au Sine Saloum vous promet un dépaysement total, la découverte d’une faune incroyablement riche et des rencontres inoubliables avec les villageois et les pêcheurs.

Plages du Sine Saloum
Habitants, Sine Saloum
Fleurs, Sine Saloum

La Casamance

Située au sud-ouest du pays, entre la Gambie et la Guinée-Bissau, la Casamance fait office de péninsule terrestre, partiellement isolée du reste du territoire sénégalais par le territoire gambien. Comme bon nombre de régions sénégalaises, elle tire également son nom d’un fleuve. Elle est considérée comme l’une des plus belles régions d’Afrique de l’Ouest.

La Casamance ressemble à un véritable jardin d’Eden : dédale de bras de mer qui entourent des centaines d’îles à la végétation dense, rizières, mangroves, plages de sable blanc… Ziguinchor, la ville la plus importante de la région, est réputée pour son centre historique et ses belles demeures coloniales. Oussouye, un peu plus à l’ouest, est plantée au cœur de la forêt et accueille des villages diola ancrés dans la tradition. Sur la côte, Cap-skirring est connue pour ses plages et ses activités aquatiques. Écrin de biodiversité, mais plus difficilement accessible, la mythique « île aux oiseaux » qui accueille la réserve ornithologique de Kassel se trouve un peu plus au nord.

Pirogue sur les rives du fleuve Casamance

En partant à la découverte de la Casamance, vous réaliserez rapidement que cette région peut se sillonner à pied, à VTT mais aussi en pirogue (voire en kayak!), ce qui permet d’admirer d’un autre angle la végétation exubérante : baobabs, fromagers, palmiers, eucalyptus, manguiers, papayers, palétuviers…

L’arbre à palabres, lui, que vous pourrez également admirer dans les villages traditionnels, ne fait pas référence à une espèce d’arbre ! C’est un lieu de rassemblement et de partage où toutes les générations viennent s’exprimer sur la vie dans le village, les problèmes rencontrés, la politique à mener pour vivre en communauté… Les enfants y viennent souvent écouter les histoires des anciens.

Campement villageois à Elinkine
Campement villageois à Elinkine